<none>

Comment revitaliser une parcelle de ville ?

Environnement

Situé dans le 13e arrondissement parisien, le projet Réalimenter Massena se veut à la fois un lieu de recherche, d’expérimentation et de convivialité sur cette thématique majeure qui consistera à alimenter les urbains dans un futur proche. Un défi qui réconcilie architecture, urbanisme et agriculture…

Il fallait une certaine dose de hasard pour que des acteurs qui ne se connaissaient pas se retrouvent pour imaginer un projet unique : Réalimenter Masséna. 

Réalimenter Masséna essayera de répondre aux enjeux de l’alimentation et de l'agriculture. C’est un projet composé d’une vingtaine d’acteurs autour des thèmes de l’alimentation, de la recherche, du réemploi, de la réglementation, de l’environnement, du bois, de la culture et de la concertation.

En 2050 70% de la population mondiale sera urbaine et la demande alimentaire devrait doubler. En favorisant la production locale, l’agriculture verticale - en extérieur ou en intérieur - pourrait permettre aux smart cities de répondre en partie au défi de l’alimentation. Nous en sommes encore au stade de l’expérimentation. C’est pourquoi la présence d’AgroPArisTech, dès la genèse du projet, est un élément fondamental. Grâce à des échanges permanents avec les autres acteurs du site, les étudiants et chercheurs seront confrontés à toute la chaîne de l’alimentation. Ces échanges en continu constitueront pour les étudiants et les chercheurs un véritable enjeu. Mais le projet comporte aussi un enjeu technique et urbanistique : penser de nouveaux dispositifs architecturaux et urbains qui permettent l’intégration de l’agriculture en site urbain (poids en toiture, terre, eau, flux matières…)

Réalimenter Masséna ce seront presque 2000 m2 d’espaces totalement hybrides, répartis entre l’ancienne gare de la petite ceinture  et la construction d’une tour en bois de 13 étages. Tous les aspects de la ressource alimentaire mais aussi les moyens de pérenniser la végétation en milieu urbain seront au centre de nos réflexions.

De la fourche à la fourchette

Réalimenter Masséna sera un lieu transversal où la question de l’avenir de l’alimentation pourra être posée et expérimentée concrètement. Un restaurant-café, une boulangerie, une ferme urbaine, une conserverie, un marché bio, des chercheurs, des chefs, des résidents… Tout cela est prévu dans l’idée de synergies qui déboucheront sur des pratiques innovantes. La recherche en agriculture urbaine se fera au sommet de la tour, sur le roof top de la gare et sur les coursives extérieures.  Cela prendra également la forme  d’une agriculture hors sol destinée aux assiettes du restaurant ou de la cantine interactive. La production - forcément limitée compte tenu de la faiblesse des emprises - sera complétée par La Ruche qui dit Oui : elle mettra à disposition son réseau d’agriculteurs dans une logique  de circuit court. Dans l’ancienne gare elle implantera sa « Ruche lab », lieu expérimental qui permettra de tester de nouveaux formats de distribution comme un marché ouvert plusieurs fois par semaine. La Ruche participera aux ateliers et évènements avec les autres exploitants du site. La cuisine partagée mettra en relation des producteurs avec les chefs en résidence. Le public, client ou consommateur, viendra pour des ateliers, des conférences, des débats, des visites guidées. La programmation permettra d'explorer au quotidien le cycle complet de l'alimentation.

Le succès de Réalimenter Masséna se mesurera à l’aune des réseaux, liens et relations que le site réussira à tisser bien au-delà du quartier de l’ancienne gare.

Mixité, cohabitation et réglementation

L’hybridation et la porosité seront de véritables points forts, même si l’ensemble du système actuel de réglementation et de normes met un frein à une vraie multiplicité d’activités sur un site unique. Réalimenter Masséna sera le démonstrateur de ce qui peut être accompli dans un cadre juridique et réglementaire contraignant. C’est un foisonnement de sociétés, d’associations, qui seront sur place : la plateforme Alimentation Générale pilotera l’ensemble, la ferme urbaine et les chercheurs d’AgroParisTech, le réseau de produits locaux La Ruche qui dit Oui, la maison de projets culturels et artistiques Polychrone, la galerie de street-art Magda Danysz, , l’association des habitants NQ13…Loin d’être une simple maison des associations,  le projet s’appuie sur un modèle économique innovant. Lors de la consultation lancée par la ville de Paris, cet aspect du projet était un des points décisifs. Avoir des « usagers » validant le montage locatif était primordial, la rentabilité du projet était un critère pour garantir sa faisabilité. Dès le départ, tout a été conçu en respectant les équilibres entre les besoins des usagers et le bilan financier de l’opération. C’est la société d’exploitation de la gare Masséna qui regroupera tous les acteurs et qui assurera le paiement du loyer.

Réduire, recycler, réutiliser

Construire un projet durable doit être le moteur de l’architecte et du promoteur. Masséna sera une construction capable de se transformer dans le temps selon le principe de réversibilité, afin de diminuer son impact carbone. La conception ne s’est pas faite de manière linéaire mais circulaire, en prenant en compte le réemploi des matériaux, en plusieurs étapes. Tout d’abord dans la construction même du bâtiment, où l’enveloppe sera travaillée pour limitée les déperditions, où des matériaux de seconde main seront employés, où les eaux grises seront recyclées et où les eaux de pluie seront collectées. En phase d’exploitation, l’énergie des utilisateurs de l’espace culturel sera transformée en électricité, l’air sera capté pour en récupérer la chaleur, sans oublier le traitement de tous les bios déchets issus de la ferme urbaine, des logements et du restaurant pour faire du compost. Réalimenter Masséna c’est aussi le recyclage d’une idée ancienne : l’agriculture urbaine n’est-elle pas l’équivalent de nos jardins ouvriers d’antan ?

La force de ce projet est de mettre en avant la ville de demain, en dépassant le schéma traditionnel restrictif « une fonction / un immeuble ». La cohabitation de multiples partenaires et activités sous un même toit sera une véritable expérimentation, faisant éclore de nouvelles idées. Enfin, la reproductibilité du schéma de Masséna est déjà en marche puisque certaines métropoles régionales s’intéressent au modèle.

Partout dans le monde des gens s’organisent autour  d’initiatives innovantes afin d’apporter de nouvelles perspectives. Des solutions existent. Un changement de paradigme qui bouscule l’ordre établi apparaît : une nouvelle économie se développe où la valeur d’usage prime sur la propriété, où la durabilité remplace l’obsolescence programmée, où la coopération chasse la concurrence.  C’est ce nouveau paradigme qui peut nous mener  à une société plus intelligente, plus résiliente et plus durable. C’est toute la dynamique du projet Réalimenter Masséna.

Pascal Allançon

Hertel SA

 

 
Haut de page