<none>

L'écomobilité partagée sous toutes ses formes !

Mobilité

Chaque ville a à cœur de développer son ou ses systèmes de mobilité urbaine propre pour compléter l’offre de transport existante. Automobiles, vélos ou scooters en autopartage, les initiatives se multiplient, pour réduire la pollution et fluidifier les trajets, solutions auxquelles s’ajoutent les offres de service pair à pair (prêts de véhicules entre particuliers) dans une logique d’économie toujours plus collaborative.

Chez Clem’, nous sommes convaincus que la mobilité ne doit pas se penser à l’échelle des hypercentres urbains mais bien plus globalement et surtout qu’elle doit être partagée : demain, chaque entreprise, Smart City, territoire rural ou péri-urbain, ou habitat collectif mettra à disposition de ses publics des véhicules à énergies alternatives à partager, accompagnés d’une gamme de services associés.

Pour être performants, les modèles seront mixtes, avec un partage de l’investissement entre les acteurs concernéspar le montage des dispositifs, en proportion de l’apport de valeur du service proposé. C’est le cas, par exemple, à Chooz dans les Ardennes : le Centre Nucléaire de Production d’Eléctricité d’EDF a déployé des services d’autopartage covoituré  (autopartage auquel s’agrège du covoiturage) à l’attention de ses collaborateurs pour leurs trajets maison-travail. Les 5 communes alentours, équipées d’une trentaine de bornes de charge, ont, en partenariat avec EDF, ouvert ce service le soir et le week-end à l’ensemble des habitants de la commune. Dans un cas de figure comme celui-ci, les bénéfices sont décuplés.

Autre enjeu clé de la mobilité : l’accessibilité. Cette notion est primordiale. De nombreuses personnes sont exclues de la mobilité (personnes âgées, handicapées et aux faibles ressources, etc.) et les services d’écomobilité peuvent favoriser la création d’un lien social fort. A l’exemple du projet déployé dans la Communauté de Communes de la Haute Vallée de Chevreuse. 16 stations déployées sur les 10 communes de la vallée pour favoriser l’autopartage de 16 véhicules électriques ainsi que le covoiturage. Un service innovant de mobilité solidaire permet à toute personne ne pouvant pas conduire d’être mise en relation avec un conducteur bénévole de son voisinage qui pourra assurer son déplacement.

Et bien entendu, la mobilité doit se penser verte : en adoptant des véhicules électriques et en optimisant le système de recharge pour le rendre intelligent. C’est le cas du projet BienVEnu qui permet le déploiement de la mobilité électrique en habitat collectif, mais aussi de bénéficier d’un système de recharge qui facilite l’insertion des VE sur le réseau de distribution en contrôlant l’impact sur le réseau et la puissance souscrite dans l’immeuble.

Cette évolution rencontre les attentes de la génération Y (millennials) en matière de mobilité, génération aussi plus sensible à l’environnement. Une mobilité qui n’est pas liée à la possession d’une voiture mais à la liberté de se déplacer « comme je veux et quand je veux à partir de mon smartphone ».

Chez Clem’, nous sommes convaincus que plus les dispositifs de mobilité s’adaptent sur-mesure aux exigences et aux besoins locaux, plus ils sont efficaces. Notre force et notre différence est d’intégrer des  dimensions écologique, économique, sociale et sociétale !

Bruno Flinois, Président de Clem’

 

1. Donneur d’ordre (collectivité, entreprise, etc), fournisseurs du service d’autopartage, des bornes de charge, des véhicules, etc.

Haut de page