<none>

Open innovation : pourquoi smart city rime avec projet collaboratif

Perspectives

La smart city n’est pas uniquement une ville saturée de capteurs, puces et applications. Focus sur une vision collaborative de la ville intelligente, centrée sur ses habitants.

Fédérer un écosystème du numérique pour un territoire, c’est en fait connaître et animer un réseau dans une logique d’intérêt communautaire afin de favoriser son rayonnement et l’émergence de nouveaux services. En d’autres mots, il s’agit d’agir ensemble au bénéfice de tous. Nous pouvons donc parler d’open innovation, c’est à dire que des acteurs divers (institutions, associations, chercheurs, entreprises, étudiants, etc.) participent activement et ensemble au processus d’innovation. 
A l’ère du crowdfunding (le financement par la foule), de l’économie collaborative et de l’innovation disruptive avec l’émergence de puissants acteurs tels Uber ou AirbnB dans quasiment tous les secteurs économiques, la smart city comme construction basée sur l’open innovation est une évidence. Et les initiatives hexagonales foisonnent, qui permettent d’associer collectivités, entreprises, associations et citoyens pour permettre l’émergence de nouveaux services urbains (en matière de mobilité, de tourisme, de services publics…), le développement économique et l’attractivité territoriale. 

Open innovation : fédérer les acteurs… tous les acteurs 

Au niveau national et international, l’une des initiatives les plus visibles en matière d’open innovation à l’échelle d’un territoire est la French Tech, bannière visant à rassembler les différentes composantes de l’écosystème numérique français. 
Au niveau régional, évoquons des initiatives notables comme le programme d’open innovation Data City, porté par l’accélérateur Numa Paris et la Ville de Paris, qui permet aux start-ups, collectivités, groupes industriels, PME et associations de plancher ensemble lors de sessions open data pour contribuer à la conception de villes qui répondent aux nouveaux usages de leurs habitants. Fin 2017, le projet Open Normandy labellisé par la Normandy French Tech et auquel se sont notamment associées les institutions locales et des entreprises nationales, ambitionne de fédérer les différents acteurs locaux et nationaux pour proposer de nouveaux services numériques qui bénéficieront d’un accès facilité à l’expérimentation sur le territoire normand. 
Les villes ne sont pas en reste. Parallèlement à l’émergence un peu partout de tiers-lieux (espaces de coworking, d’incubation, pépinières d’entreprises) favorisant la fédération d’acteurs variés (entreprises, étudiants, chercheurs...), les initiatives pullulent. Avez-vous entendu parler des hackathons, ces événements durant lesquels des groupes de volontaires se réunissent plusieurs jours pour faire de la programmation informatique collaborative ? Des bootcamp, ces formations accélérées favorisant notamment la création d’entreprise ? 

Nous le voyons, la smart city est avant tout un territoire au sein duquel les institutions ont pour rôle de fédérer les acteurs et de favoriser l’émulation collective. Une smart city réussie associera le public, le privé et surtout les principaux concernés, les habitants.
 

Christophe Barge est le président-fondateur de SmartCityGroup. Il intervient auprès de villes et d’organismes du monde entier pour définir avec eux des plans de développement numérique stratégique. Conférencier, il est notamment l’auteur de La Ville de demain (Cherche-Midi Editeur, 2014) et La Ville intelligente pour les Nuls (Editions First, 2017).

Haut de page