<none>

Un Village Olympique très smart !

Développement économique

Ces jours-ci, #Paris2024 est passé au crible du Comité International Olympique (CIO) : la commission d’évaluation du CIO  est présente du 14 au 16 mai sur le terrain pour examiner la candidature de la capitale pour l’organisation des Jeux Olympiques.

Il y a près de deux ans étaient révélés les sites pour ce projet Paris 2024. L’un d’entre eux a tout particulièrement retenu l’attention du groupe Caisse des Dépôts : le Village Olympique, prévu sur 50 ha à cheval sur les communes de Saint-Denis, de l’Île Saint-Denis et de Saint-Ouen qui font partie de l’intercommunalité Plaine Commune. Pourquoi ? Parce que la Caisse des Dépôts est le partenaire historique de ce territoire depuis, notamment, l’installation du Stade de France à Saint-Denis en 1998 ; parce qu’elle a aussi participé au financement de la Cité du Cinéma qui se trouve sur le site de ce futur Village Olympique et qui servira d’accueil pour cette structure lors des Jeux ; et, surtout, parce qu’il n’y a pas de plus belle occasion de pousser l’innovation et la créativité qu’une candidature olympique…
Plutôt que d’attendre qu’on vienne nous chercher pour compléter le tour de table d’une opération nécessairement complexe, nous avons proposé de mettre les compétences du groupe Caisse des Dépôts au service de ce Village. Des compétences qui couvrent une large palette d’activités¹ allant de la maîtrise d’œuvre des bâtiments à la promotion, en passant par les transports, le logement, l’énergie, l’aménagement et les services urbains. Le groupe Caisse des Dépôts s’est donc engagé comme partenaire officiel de la candidature de Paris 2024.

 

Village olympique niveau rue

 

En se mobilisant pour la conception du Village Olympique, notre collectif a choisi de promouvoir ses savoir-faire sur la ville intelligente et durable, la smart city². Notre objectif ? Faire de cette structure pour les athlètes, indispensable au plus grand événement sportif mondial, une passerelle  vers une nouvelle conception de la ville. Et y déployer des solutions particulièrement innovantes, avec une volonté : profiter de l’implantation du Village Olympique pour améliorer les conditions de vie et l’urbanité de ce territoire de Seine-Saint-Denis où se croisent grands projets et records de pauvreté et de chômage.
Le grand enjeu de notre projet est donc la réversibilité programmée des espaces. Nous devrons nous assurer que les bâtiments nécessaires à l’hébergement des 17 000 athlètes pendant cinq semaines laisseront en héritage un quartier « désirable » pour ses futurs habitants et usagers. Les 300 000 m² de constructions seront en effet transformés en logements, bureaux et équipements publics. A l’instar des bâtiments, les espaces publics du Village (les voies de circulation notamment) pourront aussi être rendus réversibles.
Parmi les autres défis que le Village Olympique smart devra relever : les flux et les consommations d’énergie et d’eau ; le numérique et la connectivité avec des technologies qui évoluent plus vite qu’un 100 m olympique – certaines, qui seront déployées en 2024, ne sont pas encore inventées ! ; la gestion et la sécurité des données ; la mobilité… En matière de mobilité par exemple, puisque le Village doit déboucher sur un vrai quartier, la priorité est donnée aux besoins du territoire de Plaine Commune. Ainsi le site sera articulé avec la future gare de Saint-Denis Pleyel.
Ce programme de travail a été exposé l’été dernier au comité de candidature de Paris 2024 et à la collectivité Plaine Commune. A l’automne, la Caisse des Dépôts a signé un protocole avec ces partenaires et l’État. Nos propositions pour un « smart olympic village » ont été présentées, pour certaines réorientées, puis validées pour une mise en œuvre rapide, de façon à contribuer au succès de la candidature française. Verdict du CIO le 13 septembre prochain. Mais que la capitale emporte les Jeux Olympiques ou non, la smart city du Village Olympique verra le jour, même si c’est sur un périmètre plus restreint.

Camille Picard, directrice territoriale à la direction régionale Île-de-France de la Caisse des Dépôts

[ propos recueillis par Claudine Burlats ]

Haut de page