104 M€ supplémentaires pour les 5 premières Satt

Emmanuel Macron, Geneviève Fioraso et Louis Schweitzer ont annoncé le 26 février la poursuite du financement, à hauteur de 104 M€ au total, des cinq premières Sociétés d’accélération du transfert de technologies (Satt) créées en 2012, via le fonds de maturation cogéré par l’ANR et la Caisse des Dépôts pour le compte de l’Etat.

EntrepriseRecherche et développement
26Février2015

La décision prise par le ministre de l’industrie, de l’économie et du numérique, la secrétaire d'Etat chargée de l'enseignement supérieur et de la recherche, et le commissaire général à l’investissement de poursuivre le financement du dispositif intervient suite à une évaluation triennale lancée par l’Agence nationale de la recherche ( ANR ) en juin 2014 dont ont fait l’objet ces cinq Satt.

Le transfert de technologie est un moteur clé de l’innovation. Trois ans après la mise en place d’un programme de grande envergure dédié à l’accélération du transfert de technologies issues des laboratoires de recherche publics avec la création en plusieurs vagues de 14 Satt, l’Etat a décidé de doter cinq d’entre elles de nouveaux moyens financiers. Après trois ans d’activité, cette dotation leur permettra de continuer à soutenir des projets en phase de maturation pour les trois prochaines années.

Les nouvelles dotations des Satt de la 1ère vague :

Les 14 Satt créées à ce jour disposent d’un fonds de maturation de plus de 850 M€ qui permet de financer la création et le fonctionnement des Satt ainsi que leurs investissements. Elles enregistrent collectivement des premiers résultats encourageants : près de 70 M€ investis, 2 900 projets détectés, 540 brevets déposés, plus de 140 licences d’exploitation conclues avec des entreprises françaises et une quarantaine de start up qui ont bénéficié d’une accélération de leur développement.

 

Dans le cadre du Programme d’investissements d’avenir ( PIA ), l’Etat a mis en place un Fonds national de valorisation (FNV) doté de plus de 950 M€ afin de financer 14 Satt (856 M€), France Brevets (50 M€) et des consortiums de valorisation thématique (50 M€). Le FNV est cogéré par l’ANR et la Caisse des Dépôts pour le compte de l’Etat.

 

Lire le communiqué de presse

Haut de page