5G : l’Institut Mines-Télécom et France Brevets s’engagent

L’Institut Mines-Télécom et France Brevets, fonds d’investissement public spécialisé dans les brevets, ont signé le 13 octobre une extension de l’accord de partenariat qui les unit depuis 2011 à trois nouveaux domaine de recherche, affirmant ainsi leur engagement autour de la 5G*.

Enseignement et formationRecherche et développement
14octobre2015

Ce partenariat doit permettre à l’Institut Mines-Télécom (IMT) de se concentrer sur le développement de technologies brevetables en lien avec la 5G, en particulier les antennes, les communications longue distance en très haut débit et le développement d’une nouvelle technologie de modulation des ondes (Filter bank multiple carrier – FBMC). La 5G doit voir le jour courant 2020.

Depuis 2011, l’IMT et France Brevets collaborent avec succès autour de la technologie Mimo, mécanisme de codage pour le transfert de données à haut débit qui peut trouver une application dans la 5G. En partant de 3 brevets, 15 nouveaux brevets ont été déposés en 18 mois de travail conjoint, illustrant l’efficacité et la productivité de cette démarche originale. L’IMT est désormais en mesure de contribuer à porter au plus niveau international les résultats de la recherche publique française sur les télécommunications mobiles haut débit 5G sur les marchés internationaux.

Lire le communiqué de presse

Filiale à 50% de la Caisse des Dépôts et détenue à parité avec l’Etat dans le cadre du Programme d’investissements d’avenir (PIA), France Brevets est un fonds d’investissement public spécialisé dans les brevets. Il déploie son action pour aider la recherche publique ou privée à constituer des positions brevets et déployer des stratégies de valorisation. Les domaines d’intervention de France Brevets sont les technologies de l’informatique et des télécommunications, la sécurité, l’énergie, l’espace, les matériaux et technologies médicales (MedTech).

 

* La technologie 5G pourrait permettre des débits de télécommunication mobile, de plusieurs gigabits de données par seconde, soit jusqu'à 100 fois plus rapides que la 4G à l'horizon 2020 .

Haut de page