Biodiversité : le groupe Caisse des Dépôts est mobilisé

Alors que l’IPBES (Plateforme intergouvernementale scientifique et politique) vient de publier un rapport alarmant sur l’état de la biodiversité dans le monde et appelle à un changement transformateur, la Caisse des Dépôts œuvre pour limiter ses impacts sur le vivant.

Ecologie et énergie
22mai2019

« Le groupe Caisse des Dépôts agit pour la préservation de la biodiversité en développant une stratégie bas carbone, en contribuant à la conservation de celle-ci par la labellisation de ses forêts et le financement des programmes de restauration, et en développant des outils d’analyse dédiés », Héléna Charrier, directrice de projets investissement responsable.

Agir pour le climat préserver la biodiversité

Le dernier rapport de l’IPBES est formel :  le réchauffement climatique est un facteur majeur de l’effondrement de la biodiversité. Depuis 1980, les émissions de gaz à effet de serre d’origine humaine, principale cause de ce réchauffement, ont été multipliées par deux ! Les émissions de CO2 sont également une cause majeure de l’acidification rapide des océans, un phénomène destructeur pour la biodiversité marine.

La Caisse des dépôts est consciente de l’impact des enjeux climatiques sur la biodiversité. Ses initiatives en faveur de la décarbonation de l’économie concourent aussi la réduction de son empreinte, indirecte, sur la biodiversité. La Caisse des dépôts a réduit de 37 % l’empreinte carbone de ses portefeuilles d’actions cotées entre 2014 et 2018 et de 54 % ceux d’obligations d’entreprises. Par ailleurs, la Caisse des Dépôts a renforcé sa stratégie d’exclusion du charbon, et vise à terme une sortie définitive. Depuis le début de l’année, elle n’investit plus dans les entreprises dont l’exposition de l’activité au charbon dépasse 10 % du chiffre d’affaires.

Un label pour la gestion des forêts

Côté forêts, l’ensemble du patrimoine forestier de la Caisse des Dépôts est labellisé ou en cours de labélisation PEFC. Ce label promeut des pratiques durables de gestion forestière : diversification des essences d’arbres, renouvellement des forêts, choix des périodes d’intervention les moins impactantes pour la biodiversité, usage limité des produits phytosanitaires, ou encore conservation dans les forêts d’arbres morts, très utiles à la biodiversité des écosystèmes forestiers.

Restaurer la biodiversité pour s’adapter aux changements climatiques

Tel est l’objectif du programme Nature 2050, lancé par CDC biodiversité, filiale du groupe Caisse des Dépôts. 26 projets sont engagés sur le territoire national, ciblés sur cinq problématiques : restaurer les zones humides (puits de carbone), rétablir les continuités écologiques (déplacement de la faune), accompagner les transitions agricole et forestière (agroécologie, agroforesterie), développer la biodiversité en ville, et préserver les écosystèmes marins.

Le programme s’appuie sur l’engagement volontaire des acteurs économiques (entreprises privées et publiques) à agir au-delà de leurs obligations réglementaires. Le principe est simple : pour 5 euros versés aujourd’hui,  c’est 1m2 de territoire adapté aux changements climatiques et suivi jusqu’en 2050.

Plus d’informations sur le programme Nature 2050

 

Le groupe Caisse des Dépôts s’engage aussi au travers d’autres initiatives. À titre d’exemple, CDC Biodiversité, développe le Global Biodiversity Score, un outil de mesure de l’empreinte biodiversité des entreprises. En savoir plus…

 

Haut de page