Dossier

Tourisme : remonter la pente

La France est la première destination touristique mondiale et entend bien le rester. Touché de plein fouet par les conséquences de la pandémie du Covid-19, comment le secteur du tourisme peut-il surmonter cette crise à la fois sanitaire et économique ?

  • Tourisme et loisirs

1 | Le tour de la question

 

Le tourisme est par nature particulièrement sensible aux aléas conjoncturels (événements climatiques, attentats, pandémies…), mais les professionnels du secteur n’avaient jamais connu un tel scénario. La fermeture des frontières et le confinement de plusieurs pays dès la fin janvier 2020 ont mis à mal tout un pan de l’économie mondiale.

 

idéogrammes chinois signifiant le mot crise
Aina Nicole
idéogrammes chinois du mot "crise"

En Chine, le mot « crise » est décrit par deux idéogrammes signifiant conjointement « danger » et « opportunité ». En 1816, la Caisse des Dépôts est elle-même née d’une crise. 

 

 

LA CRISE
EN 4 QUESTIONS

Quoi ?

Le tourisme est le secteur interdépendant par excellence. Transports, hôtels, restaurants, bars, loisirs, … Il regroupe de nombreuses activités et des millions d’emplois. Face à une vague inédite d’annulations et de reports, la profession a rapidement été sinistrée et fait appel à l’aide de l’Etat.

Qui ?

Au début de la crise, des mesures de restriction de déplacements de populations puis de confinement ont été prises dans la plupart des pays afin d’éviter la propagation du virus. La clientèle chinoise a été affectée en priorité.

Pour rappel, en 2018, la France avait accueilli 6,4 millions de touristes en provenance d’Asie (source : Comité interministériel du tourisme).

Où ?

Report des Jeux Olympiques de Tokyo, de la COP26, annulation du Mondial de l’automobile, du Festival de Cannes… Tous les pays ont eu droit à leur lot d’annulation ou de report d’événements de portée internationale. Victime collatérale du virus, le secteur aérien a également beaucoup souffert, les avions étant rapidement cloués au sol dès le début de la crise.

 

 

Quand ?

 

 

 

Dates clé de la pandémie de Covid-19 en 2019 et 2020
Nathalie Gallet
Chronologie de la pandémie de Covid-19

 

 

 

AVANT / APRES

Avec l’annonce de la pandémie et la fermeture des frontières, les visiteurs ont déserté du jour au lendemain la capitale française.

Qui n’a pas été frappé par les images des Champs-Elysées ou de la Concorde désespérément vides, du quartier de Montmartre à l’arrêt, lui qui d’ordinaire grouille de monde ? 

LES CHIFFRES DU TOURISME EN FRANCE

Sources : INSEE, cabinet du Premier ministre (chiffres 2019)

Avec 89,4 millions de visiteurs accueillis en 2019, la destination France jouit d’une attractivité unique au monde. Sa tradition d’accueil et d’hospitalité fait rayonner son image à l’international.

Déjà mis à mal par un an de manifestations des Gilets jaunes et les grèves des transports à répétition, le tourisme était pourtant reparti à la hausse, dépassant même le niveau d’avant les attentats de 2015.

Les différentes crises font prendre conscience du poids de ce secteur dans l’économie française.

 

 

 

170 milliards €
de recettes pour l’ensemble du secteur chaque année, soit 7,4% du PIB français

 

 

2 millions
d’emplois directs et indirects

 

 

1re destination d’accueil
des congrès internationaux

 

 

1re destination mondiale en nombre de nuitées touristiques

 

 

UN PEU D'HISTOIRE

L’Etat français commence à prendre conscience de l’attractivité du territoire dans l’entre-deux-guerres et octroie aux Français leurs premiers congés payés en 1936.

A partir des années 1950, le tourisme se démocratise grâce aux grands plans d’aménagement des sites.

Dès 1958, la Caisse des Dépôts prend part au développement du tourisme social avec l’association « Villages-Vacances-Familles » (VVF).

Elle participe également au financement du plan Neige (1964-1977) qui a permis de développer les grandes stations de sports d’hiver des Alpes.

 

 

 

 

 

 

 

2 | En action !

 

La Caisse des Dépôts bénéficie d’une longue expérience en matière de tourisme. En 1989, elle crée la Compagnie des Alpes pour redresser le secteur des domaines skiables.

Aujourd’hui leader européen des loisirs, la Compagnie des Alpes exploite les plus grandes stations de ski alpin françaises, comme La Plagne, Les Arcs, Tignes, Val d'Isère, et certains des parcs de loisirs parmi les plus fréquentés d’Europe (Parc Astérix, Futuroscope, Musée Grévin, Walibi, etc).

 

 

 

 

Le groupe Caisse des Dépôts s’engage tout entier en faveur du secteur du tourisme.

 

 

IL FAUT SAUVER LE SOLDAT TOURISME !

A la demande de l’Etat, le groupe Caisse des Dépôts a mis en place un plan de relance spécifique au tourisme pour soutenir le secteur.

Parmi les objectifs : sauver les entreprises qui ont le plus souffert et imaginer le tourisme de demain, plus durable et plus digital.

Le Groupe est aux avant-postes pour accompagner cette politique de relance, grâce à des mesures adaptées.

 

 

11500
acteurs du secteur

Du marchand de crêpes de la Baule au kayakiste du Pont du Gard, ce plan d’aide est notamment destiné aux petites structures qui ne peuvent pas avoir accès au Prêt garanti par l’Etat.

LES ACTEURS DU TOURISME FACE A LA CRISE

La Compagnie des Alpes, filiale cotée de la Caisse des Dépôts dédiée au tourisme et aux loisirs qui compte 5 000 salariés, a été durement touchée par la crise du Covid-19.

La fermeture progressive des lieux de vie et de loisirs a impacté ses deux grands pôles d'activités.

La saison de ski s’est vue amputée d’un mois et demi alors que les vacanciers étaient au rendez-vous (la dernière station devait fermer le 8 mai) et l’ouverture de la saison des parcs de loisirs a été reportée sine die (la plupart devant ouvrir début avril).

Malgré cela, la Compagnie des Alpes se dit confiante et dispose d'une forte capacité de rebond. 

Zoom sur.. la montagne au-delà du ski

 

 

 

3.6 milliards €

c’est l’enveloppe globale mobilisée d’ici à 2023 par Bpifrance et la Banque des Territoires en solutions de financement, d’investissement et d’accompagnement à destination des professionnels du secteur. 

L'IMPORTANCE DE L'INVESTISSEMENT DE LONG TERME

La Banque des Territoires a, dans le cadre de l’appel à candidatures lancé par le département de la Vienne, déposé en groupement avec ses partenaires locaux et la Compagnie des Alpes, pendant la crise, un projet d’extension du Futuroscope, parc d’attraction opéré dans la Vienne (85).

Ce projet prévoit la construction de deux hôtels, d’un centre aqualudique et de nouvelles attractions, afin de soutenir le développement de ce lieu touristique emblématique de la région Nouvelle-Aquitaine et ainsi maintenir l'engagement en faveur des territoires.

Investisseur c’est le rôle principal du groupe Caisse des Dépôts pour contribuer au développement de nouveaux équipements mais aussi pour leur rénovation. Les investissements réalisés dans le cadre du « plan Marshall » d'aide au tourisme seront subordonnés à des critères environnementaux et numériques.
 

Crédit
J.L Audy / Futuroscope
vue d'ensemble du parc de loisirs du Futuroscope dans la Vienne

La crise offre surtout l’occasion de repenser l’offre touristique.

La profession veut garder espoir car, s’ils sont rassurés par les mesures sanitaires prises, les Français devraient se tourner vers un tourisme plus national. Ce scénario serait une très bonne nouvelle pour l’économie. Une crainte demeure cependant à moyen terme : les touristes étrangers pourraient mettre du temps à revenir… 
A plus long terme, cette crise pourrait avoir un effet positif en créant l’opportunité d’un tourisme plus durable et plus responsable plutôt qu’un tourisme de masse ultra-concentré. Cette forme de tourisme plus local permettrait de mieux mettre en valeur les territoires en évitant les concentrations sur quelques destinations. L’exotisme peut parfois se trouver juste en bas de chez soi...

 

 

 

Lire le point de vue de Loïc Bonhoure, directeur général adjoint de la Compagnie des Alpes, en charge de la stratégie et du développement, sur la crise 

 

 

 

 

 

 

3 | Le grand témoin

Carole Montillet - Championne olympique de descente à Salt Lake City

Pourquoi chercher à partir loin quand on a tout ce qu’il faut ici ?
Carole Montillet
Championne olympique de descente

Bio express :

1973 - Naissance à Grenoble

1991 - 1re sélection en Equipe de France

2002 - Championne olympique de descente à Salt Lake City 

2006 - Fin de sa carrière après une blessure aux Jeux Olympiques de Turin

2015 - Elue conseillère régionale spéciale (LR) à la Région Rhône-Alpes en charge des sports et des affaires culturelles