La convergence des dernières avancées scientifiques dans le domaine de la santé avec les progrès de l'intelligence artificielle, l’accès à des données massives de santé ou l’essor des modèles prédictifs serait-elle en train de précipiter l’avènement d’un monde nouveau, celui de la médecine 4.0 ? Une médecine à la fois personnalisée, prédictive et préventive, source de progrès pour notre système de soin et d'espoir pour les patients. L’enjeu est de taille, aujourd’hui plus que jamais quand la pandémie a mis en lumière un bien essentiel : notre santé. Radioscopie d’une révolution en marche !

La HealthTech, un écosystème en plein boom

Depuis quelques années, les entreprises de la HealthTech sont engagées dans une course à l’innovation technologique sans précédent, mouvement qu’accompagnent les pouvoirs publics. La crise sanitaire est venue renforcer la nécessité de soutenir ce secteur d’avenir. Le gouvernement français a ainsi annoncé, en juin 2021, un plan à près de 7 Mds€ dans le financement de l'innovation porté par les investisseurs institutionnels.

Avant d'aller plus loin, précisons que la HealthTech représente l’ensemble des technologies créées dans le domaine de la santé au sens large. Ce secteur se divise en trois branches  :

  • Les biotech : solutions alliant sciences du vivant et technologie (physique, chimie ou informatique) 
  • Les medtech : dispositifs médicaux de diagnostics développés sur la base de nouvelles technologies 
  • La e-santé ( « santé digitale » ou « santé connectée ») : nouveaux outils permettant au secteur de la santé d’opérer sa transformation numérique (télémédecine, thérapies digitales,…).

Partout dans le monde, on observe une dynamique de croissance exceptionnelle de la HealthTech dont tentent de tirer parti les startups françaises. L’ascension de cet écosystème et sa vitalité à l’échelle hexagonale place la France parmi les nations les plus prometteuses. Avec ses 50 Biotech, 1 100 Medtech et 200 start-ups de l’e-santé, notre pays occupe le deuxième rang de l’écosystème HealthTech européen, juste derrière le Royaume-Uni.

De plus, la France jouit d’une reconnaissance internationale sur le plan de l’excellence scientifique – dans la recherche clinique comme académique - et technologique dans le domaine de la santé qui ne cesse de croître.

Cette dynamique est porteuse d’espoir à plusieurs niveaux. C’est d’abord la promesse de pouvoir guérir à l’avenir de maladies aujourd’hui incurables et d’allonger l’espérance de vie. Mais c’est aussi le gage de notre souveraineté sanitaire et de retombées économiques considérables : les Health Tech françaises pourraient générer un chiffre d’affaires annuel de 40 Mds€ et 130 000 emplois supplémentaires d’ici à 2030, dynamisant la croissance et l’emploi français. Ainsi, 1,7% de la population active pourrait travailler dans le secteur de la santé et répondre aux besoins d’un marché mondial considérable, demandeur et porteur sur le long terme. [1]

Les promesses de la medtech

A l’ère des algorithmes d'apprentissage automatique, de l'accélération de la puissance de calcul, et des méthodes d’imagerie médicale combinées au deep learning et au big data, le secteur de la santé connait en effet une véritable métamorphose. Dans le seul secteur de la medtech, les avancées sont considérables.

En 2019, de l’autre côté de l’Atlantique, la communauté scientifique internationale est en émoi : des chercheurs de l’université de San Francisco annoncent avoir mis au point une intelligence artificielle capable de détecter la maladie d’Alzheimer chez un patient six ans avant les humains. Comment ? Grâce à un algorithme très puissant et une méthode de calcul prédictif permettant de déceler, lors de l’observation neuronale, les premiers symptômes de la maladie. Une véritable lueur d’espoir quand on sait que plus de 35 millions de personnes dans le monde sont touchées par cette pathologie neurodégénérative.

Plus près de nous, à Sophia Antipolis, c’est une startup de la MedTech, Median Technologies, qui mobilise l’IA pour accélérer le dépistage précoce du cancer du poumon et faire émerger de nouvelles thérapies pour les patients. Sa plateforme innovante d’imagerie médicale, iBiopsy® propose un diagnostic non invasif permettant de déterminer le caractère malin ou bénin d'une lésion. A partir de l’analyse des images de scanners thoraciques, les algorithmes de iBiopsy® et l’accès à des données d’imagerie colossales facilitent et accélèrent l’identification de nouveaux biomarqueurs qui signent pour chaque patient la présence de la maladie.

"Avec IBiopsy on essaye de détecter la maladie au stade le plus précoce possible, de repérer des choses qu’on ne voit absolument pas à l’œil nu. C’est une démocratisation de la capacité de diagnostiquer en masse des patients (…), si on les prend en charge au stade 1, c’est une résection de la tumeur et on a alors la capacité de sauver des vies."
Fredrik Brag
CEO de Median Technologies

Accompagner les champions de demain

En dépit d’un cadre plutôt favorable en France à l’éclosion de nombreuses startups, la transformation de ces pépites en leaders internationaux rencontre plusieurs freins : règlementaires, de transfert de technologies, mais aussi financiers. Au-delà de la phase d’amorçage, les jeunes pousses de la HealthTech ont en effet besoin de capitaux importants pour grandir et rayonner à l’échelle mondiale, et participer ainsi à la relance du pays.

Mais les verrous sont en train de sauter. Une première éclaircie : après une année 2020 marquée par la crise sanitaire, 2021 s’annonce exceptionnelle. La French Tech a réalisé des prouesses avec 5,6 Md€ levés pendant le premier semestre soit un doublement du nombre de levées par rapport à la même période en 2020. De nouvelles licornes ont vu le jour portant à 17 le nombre des entreprises techs valorisées à plus de 1 Md$.

Mais pour que la France s’impose comme un leader mondial de la Health Tech et en récolte tous les bénéfices médicaux, sociaux et économiques, il faut aller encore plus loin.

Il faut qu’on arrive au niveau européen à être capable de valoriser une innovation de la même manière qu’aux Etats-Unis et en Chine(…)Si Median Technologies était aux Etat-Unis on serait déjà une licorne.
Fredrik Brag
CEO de Median Technologies

En savoir plus :

Pour écouter le podcast, cliquez ici : https://www.caissedesdepots.fr/blog/article/median-technologies-la-pepite-qui-v…

C’est tout l’enjeu de CDC Croissance - filiale de la Caisse des Dépôts spécialisée dans la gestion de fonds - qui, avec son portefeuille de 2,5Md€, détecte et accompagne les champions de demain. CDC Croissance participe à l’essor des petites et moyennes entreprises cotées de la French Tech, dont Median Technologie, à travers un fonds d’investissement de 100 M€ lancé en 2019 - aujourd’hui à 240 M€ - et l’indice Euronext Tech Croissance.  

Cette initiative vise à accélérer l’essor en France d’un marché plus large et plus actif en faveur des sociétés technologiques les plus prometteuses, et contribue à l’animation du marché en générant de la confiance auprès d’autres investisseurs et en donnant de la visibilité à la performance de ces valeurs technologiques.

CDC Croissance souhaite soutenir ce secteur qui est stratégique pour l’économie française, dynamiser cet écosystème de valeurs technologiques cotées et enfin, participer au renforcement de l’attractivité de la place de Paris, et faire en sorte que ces entreprises restent en France
Aude Contamin
Responsable de la gestion chez CDC Croissance

Notre pays dispose de nombreux atouts pour devenir un épicentre mondial de la HealthTech. La recherche de l’innovation qui a du sens, de l’innovation intelligente et utile à l’ensemble de la société, est un enjeu majeur pour la Caisse des Dépôts dans le domaine des tech. On le mesure d’autant plus durement avec les conséquences de la crise sanitaire, le monde a besoin de technologies innovantes mais aussi de financements pour répondre aux enjeux de santé et accompagner la transformation du monde médical.

[1] Source : Panorama 2020, France Biotech