Danse

Si l’État français s’intéresse depuis longtemps à la danse – lui-même excellent danseur, Louis XIV créa l’Académie royale de danse en 1661 – elle est aujourd’hui le parent pauvre de la culture. Quant aux mécènes, ils sont rares. Aussi l’action de la Caisse des Dépôts pour favoriser l’émergence de chorégraphes présente-t-elle une vraie valeur ajoutée pour soutenir une tradition et un métier exigeant.

Isabelle Condemine, responsable de mécénat national Danse, se souvient du moment où elle a repéré Mourad Merzouki, chorégraphe à la renommée internationale qui dirige aujourd’hui le Centre chorégraphique national de Créteil (94). C’était à Lyon, au milieu des années 90. Il était alors inconnu. « J’ai été subjuguée par ce qu’il faisait, en hip-hop, au moment où cette discipline émergeait et où il n’y avait aucune case pour elle. Avec la souplesse qui caractérise aujourd’hui encore notre mécénat, nous lui avons fait une place. » L’éternel complice de Mourad, Kader Attou, qui dirige aujourd’hui le Centre chorégraphique national de La Rochelle (17), a aussi séduit la Caisse des Dépôts.

Autre chorégraphe accompagnée par notre mécénat, venue elle aussi du hip-hop : Jann Gallois, artiste associée depuis 2017 à Chaillot – Théâtre national de la Danse. « Nous l’avons appuyée pour sa cinquième création, Quintette. Ce spectacle a connu un beau succès d’estime. » La Caisse des Dépôts l’a à nouveau aidée en 2018, quand elle a monté Samsara.

 

 

 

 

 

Qui accompagnons-nous ?

Des chorégraphes ou des compagnies en devenir

Qu’ils soient jeunes ou danseurs interprètes en reconversion, notre mécénat accompagne les chorégraphes émergents, et ce quelle que soit leur spécialité : danse classique, néo-classique, contemporaine, hip-hop… La Caisse des Dépôts est d’ailleurs toujours à l’affût des dernières tendances.

 

Le plus souvent, elle accompagne le chorégraphe au moment où il commence à mettre en scène plusieurs danseurs-interprètes. « Nous nous intéressons aux projets en phase d’écriture, pour un épanouissement du spectacle la saison d’après ou celle qui suit », précise Isabelle Condemine.

« Notre programme est ancré dans les territoires. Chaque année, une soixantaine de villes sont irriguées par ces créations », précise Isabelle Condemine. Selon les endroits où les spectacles sont programmés à travers la France, la direction régionale de la Caisse des Dépôts peut organiser des opérations de relations publiques à destination de ses clients ou de ses collaborateurs, ces derniers étant d’ailleurs souvent invités à se rendre aux spectacles présentés, que ce soit à Paris ou en province.

Crédit © MarOne

Des structures de détection de nouveaux talents

Afin de favoriser l’émergence de jeunes talents, la Caisse des Dépôts finance désormais, à travers tout le territoire, des structures de détection et de formation destinées à des chorégraphes professionnels en fin de formation.

De quoi s’agit-il ? Des projets qui ont vocation à être pérennes : académies, de concours, de dispositifs d’insertion professionnelle, etc. Ces structures doivent poursuivre des objectifs clairement définis (plan de formation, nombre de bénéficiaires, équipe de formateurs, critères de sélection pour un prix ou un concours…). Les financements sont octroyés pour une saison ou une année civile et peuvent être reconduits, sur avis du jury.

Des projets participatifs avec des amateurs

Autre mission d’intérêt général pour soutenir la fragile économie de la danse, proposer des actions culturelles et participatives – fondées sur le corps et le mouvement – à destination de publics défavorisés.

À noter : notre histoire avec la danse s’écrit en lien avec le Théâtre des Champs-Élysées, dont nous sommes propriétaires depuis 1970. Ce lieu d’expression et de création, où se produisent ballets classiques et contemporains, a joué un rôle dans notre proximité avec les acteurs du ballet. Pour que son langage, universel, puisse continuer à vivre dans le pays qui a codifié au XVIIe siècle les pas et les mouvements de la danse de théâtre.

Les critères de sélection des dossiers