article CD'enjeux 30 mar. 2021

La commande publique chute de 18% en 2020 mais se reprend en fin d’année

Le baromètre de la commande publique, créé en 2015 par l’AdCF et la Caisse des Dépôts, vient d’être publié. Après la reprise amorcée en 2017 et une année 2019 en forte progression (+11,6% par rapport à 2018), la commande publique connait en 2020, sans grande surprise, une baisse importante : elle passe de 87 Mds€ en 2019 à 71 Mds€, soit une diminution de plus de 18%.

Une commande publique fortement impactée par la crise sanitaire

C’est le plus faible niveau observé depuis 2012 (première année de données disponibles). La baisse est d’autant plus marquée que la commande publique 2019, année pré-électorale, avait été élevée. Cette baisse est bien sûr la conséquence de la crise sanitaire, de son impact sur le fonctionnement des services publics et des entreprises et de l’incertitude qui a pesé sur les finances locales. Elle résulte aussi, pour partie, du cycle électoral, ce d’autant que celui-ci a été fortement perturbé.

Infographie Baromètre de la commande publique en 2020

Caisse des Dépôts

Les communes connaissent la plus forte baisse

Tous les donneurs d’ordre sont concernés, mais les collectivités territoriales et leurs groupements sont les donneurs d’ordre qui connaissent la plus forte baisse de la commande publique (-24%). La baisse de la commande publique de l’Etat est de 10%, celle des hôpitaux de 11%. La commande publique des bailleurs sociaux résiste mieux (8,3%). De fait, la part des collectivités territoriales dans la commande publique diminue. Elle reste néanmoins prépondérante (55% contre 59% en 2019).

Parmi les collectivités territoriales, les communes sont celles qui connaissent la plus forte baisse (-31%), ce qui tend à confirmer l’impact aggravant du cycle électoral perturbé. La baisse de la commande publique des communes et des intercommunalités représente près de 10 Mds€, soit plus de 60% de la baisse totale de la commande publique en 2020 (16 Mds€).

Tous les secteurs d’intervention, toutes les natures de dépenses sont concernés

Tous les secteurs d’intervention recensés par le baromètre de la commande publique connaissent une baisse : celle-ci est forte dans le domaine scolaire (-20%) mais également dans celui des transports (fortement paralysés) et de la voirie (-18,75%), des bâtiments publics (-18,5%), ou encore de l’environnement (-19,8%).

La diminution de la commande publique est moindre dans le secteur du logement et de l’habitat (porté par les bailleurs sociaux) et dans le secteur santé-social (très sollicité) : respectivement -10,41% et -15,6%.

La baisse de la commande publique concerne tout particulièrement les marchés de travaux (-25% représentant une perte de 7 Mds€), les travaux de renouvèlement étant davantage concernés que les travaux neufs. La commande publique de travaux des collectivités locales diminue fortement (-35%) : la baisse est particulièrement importante dans les communes (-43%) et les intercommunalités (-25,8%), mais également dans les départements (-21%).

L’ensemble du territoire national a été touché, avec cependant des écarts assez sensibles : de -12 et -13% en Corse et en Ile-de-France à près de – 23% en Occitanie. La situation Outre-Mer est encore plus contrastée avec une baisse mesurée de -7% en Polynésie française, mais de -31% aux Antilles et en Guyane.

La crise a ramené le montant moyen de la commande de 1273€/hab. en 2019 à 1042€/hab. en 2020 (pour la seule France métropolitaine). Le baromètre existant depuis plusieurs années, il permet de constater que la crise n’a pas modifié la répartition de la commande publique en euros par habitant entre les régions.

Depuis 2017, 3 régions affichent chaque année les montants de commande publique par habitant les plus élevés : l’Ile-de-France (1172€ en 2020), PACA (1127€) et la Bretagne (1223€). A contrario, les Hauts-de-France, le Centre-Val-de-Loire, Bourgogne-Franche-Comté et Normandie présentent depuis 2017 les montants en euros par habitant les moins élevés (respectivement 858€, 916€, 929€ et 940€ en 2020).

Trois secteurs, particulièrement porteurs d’investissements, ont fait l’objet d’une analyse de l’impact de la crise selon les régions : le secteur « bâtiment/aménagement » (qui représente plus de 30% de la commande publique globale), le secteur « logement/habitat » (12,16%) et celui de l’environnement (11%).

Tendances par régions

On retiendra que, pour chacun de ces secteurs, les constantes observées depuis 2017 se sont peu ou prou vérifiées en 2020. Ainsi :

- dans la quasi-totalité des régions, le poids de la commande publique « bâtiment/ aménagement » dans la commande publique globale se situe, sur toute la période 2017-2020, à 1 ou 2 points de la moyenne nationale (30,6% en 2020). Les régions Ile-de-France et PACA se distinguent cependant avec un poids de la commande « bâtiment/aménagement » de 34%. La commande publique « bâtiment/aménagement » en euros par habitant présente en revanche des écarts importants -et constants- entre les régions. 6 régions sont sensiblement en deçà de la moyenne en 2020 (- de 300€/hab.pour une moyenne à 323€) tandis que 3 régions sont bien au-delà (de 360 à 400€/hab.).

- S’agissant de la commande publique « logement/habitat », la baisse est observée dans toutes les régions, à l’exception de la Bretagne où la commande publique est stable, et surtout de PACA, seule région où elle augmente (elle y était jusqu’alors plutôt basse).Le poids de la commande publique « logement/habitat » dans la commande publique régionale est très variable selon les régions, et ce sur toute la période 2017-2020. Alors que le poids de la commande publique « logement/habitat oscille entre 10,8 et 11% de la commande publique globale au niveau national, le poids du secteur est de 8 à 10% en PACA et en Occitanie, de 14 à 15% en Centre-Val-de-Loire, Hauts-de-France et Pays de Loire, et même de 18% en Bretagne.

- En 2020, la commande publique dans le secteur environnement a diminué dans toutes les régions, mais la baisse est beaucoup plus marquée dans la moitié Nord-Est du Pays. Le secteur environnement présente également des écarts importants entre les régions. La commande publique environnement représente, sur toute la période 2017-2020, de 10 à 12% de la commande publique globale, avec une part nettement plus faible en Ile-de-France (de 6,4 à 7,4%) et sensiblement plus forte en Bourgogne-Franche-Comté, en Nouvelle Aquitaine et en Corse (de 13 à 15%). Les écarts en euros par habitant sont également importants.

Une reprise en fin d'année qui se confirme en 2021

Nonobstant la baisse généralisée de la commande publique, sur tout le territoire, pour tous les donneurs d’ordre et dans tous les secteurs, l’année 2020 n’est pas sans bonne nouvelle : après un premier semestre particulièrement faible, la commande publique est en effet repartie à la hausse aux 3ème et 4ème trimestres, réagissant favorablement à la reprise (partielle) d’activité, aux annonces fortes sur la relance et aux engagements pour les finances locales. Cette tendance se confirme début 2021.

La commande publique en 2020 - Baromètre 2021 (synthèse des résultats)